CARNET DE ROUTE DU ROAD TREE’P 2009

4 juillet 2009 – Départ du second Road Tree’P

Jour J, rendez vous 10H  a  Pierrefite. Apparemment les Road Tree’pers ne sont pas tous au rendez vous. Apres quelques heures d’attente l’arrivée des membres du groupe se fait au compte goutte. Derniers préparatifs avant le départ.(courses, vérification des véhicules, répartition du matériel collectif, etc…)

20h : départ direction Carrefour pour aller faire le plein puis  direction périphérique.
Le départ commence lentement car nous sommes bloqués dans les embouteillages du périphérique Parisien. Et oui, c’est le grand jour des départs !

21h : nous sommes sorti a porte d’Italie nous avons perdu « Titine » la voiture de Noëlla et le 4×4 ne démarre plus. Après 20 min nous parvenons à joindre Noëlla par téléphone ;  Titine est déjà au 1er péage !
Concernant le 4×4, après avoir diagnostiqué un problème de démarreur, nous l’avons  poussé pour le faire démarrer.

23h: après un bref arrêt à l’aire de Boutroux pour réunir tous le monde, nous faisons une vraie pause à l’aire suivante Francheville pour prendre un café.

Pour rattraper le retard nous roulons toute la nuit.

5 et 6 juillet 2009 – De l’Espagne au Maroc

5 juillet

00h30 nous passons le 2eme péage nous avons décidé de rouler toute la nuit pour rattraper le temps perdu.

02h30 arrêt rapide pour faire le plein.

04h16 chaque véhicule  roule à son allure nous décidons de donner rdv aux 6 voitures au péage de bordeaux.

10h30 Arrivée en Espagne, le temps est couvert et il y a du brouillard

11h30 Nous sommes en direction de Bilbao, une fine pluie nous accompagne!

12h40 courte pause pour faire le plein, le soleil est enfin au rdv

15h10 nous sommes a 192km de Madrid

16h40 nous faisons une pause pour faire le plein de quelques voitures, entre autre la Mégane, qui aura eu un petit souci , après que JC ait fait le plein d’essence du liquide s’est mis à couler d’en dessous de la voiture, il s’est avéré qu’il avait fait un « trop plein » d’essence ce qui a provoqué la fuite (la pompe n’a pas donné signe que le plein était fait).

22h45 Nous arrivons a Valdepenas nous n’avons pas trouvé de camping à la fatigue générale nous nous sommes posés sur un grand parking lidl avant d’aller nous manger dans un restaurant en face le « tajinas restaurant » ou nous avons dégusté des fruits de mers frits,  salades, frites,  et omelettes. Par la suite nous avons installé nos tentes sur le parking du magasin et une bonne partie du groupe est allé se coucher alors que certains ont accompagné les musiciens qui jouaient quelques morceaux. Premier Camping sauvage !

6 juillet

5h, tout le monde debout !

Petit café, direction Tarifa où nous avons rendez vous à 17h avec la voiture montpellieraine.

06h20 Nous reprenons la route nous avons prévus de faire le plein et de prendre un café.
Nos nous sommes arrêtés à la même station service que l’année dernière! Dans laquelle tout le monde avait pris sa douche petit moment de nostalgie…

06h20 Nous reprenons la route nous avons prévus de faire le plein et de prendre un café.
Nos nous sommes arrêtés à la même station service que l’année dernière! Dans laquelle tout le monde avait pris sa douche petit moment de nostalgie…

06h20 Nous reprenons la route nous avons prévus de faire le plein et de prendre un café.
Nos nous sommes arrêtés à la même station service que l’année dernière! Dans laquelle tout le monde avait pris sa douche petit moment de nostalgie…

10h50 Nous repartons pour Tarifa après 2h d’arrêt entre autre  pour acheter les billets qui nous permettrons de prendre le bateau. Le commerçant nous a fait une petite réduction avant de nous souhaiter bonne route chaleureusement.
C’est lentement que nous reprenons la route, la circulation est ralentie par les travaux ce qui oblige les voitures à rouler sur une seule voie.

13h Petite pause déjeuner, au menu salade mixte, frite, tortillas (omelette à la pomme de terre) viande et melon frais! Nous avons mieux mangé que la veille au soir.

14h C’est reparti sous un soleil très chaud!

17h15 Nous arrivons au port de Tarifa

17h20 Nous sommes dans la file d’attente qui mène au bateau, nous attendons une autre partie du groupe qui vient de Montpellier. Nous profitons de cette attente pour marquer le coup par une photo de groupe. Nous sommes à présent 29 roadtreepers.

18h05 et c’est parti pour une longue attente avant de pouvoir monter sur le bateau.

19h00 Enfin arrivée sur le bateau, nous faisons la queue pour tamponner les passeports, mais aussi pour remplir les fiches des véhicules.

20h35 Nous avons profité de la traversée pour faire des photos et des vidéos sur la terrasse cela fut rapide, nous sommes arrivé au Maroc en 35 min

21h16 Nous faisons la queue avec les voitures pour arrivée jusqu’à la douane.

21h44 Nous sommes toujours dans les files d’attente, le 4X4 a encore fait des siennes, nous avons due le pousser à plusieurs reprises (pas évident en file d’attente!)

23h25 Nous quittons enfin la douane après avoir perdu beaucoup de temps à rassembler tout le groupe. Nous sommes à la recherche d’un endroit pour dormir vu que le camping réservé était complet.

00h34 Finalement la fatigue générale nous pousse à nous arrêter sur une aire de repos où après un bon repas (Tajine, Harira, thé à la menthe) nous réussissons à négocier un emplacement pour les tentes avec le gérant.

2H10 lorsque nous finissons enfin le repas. Après le repas Sadia décide donc de réunir un conducteur par véhicule afin de faire le point.

7 juillet 2009 – En direction de Kénitra 

11H20 Après une bonne douche,  et un copieux petit déjeuner nous reprenons tranquillement la route.

13h40 Nous avons réservé un camping proche de Kénitra.

14h50 Nous sommes arrivés sur le camping « Mediha plage », Lu a pu négocier les tarifs (2,50€ par personne tout compris) !L’accueil est très chaleureux. Nous profitons de cette pose pour « recharger les batteries », ranger les véhicules, laver le linge sale, mais surtout  petite virée à la plage qui est située à 200 m du camping.

Entre temps, Ismaël (le Marseillais) a rejoint le groupe, nous sommes désormais 30 Road Treepers !

Nous dinerons tous ensemble le soir dans une bonne ambiance.

Avant le coucher Sadia demande à une personne par véhicule de se rassembler pour la réunion afin de préparer la journée de demain.

Après avoir sympathisé avec le personnel du camping, nous avons décidé de planter 7 arbres, pour marquer notre passage…

8 juillet – Départ pour Essaouira

Départ prévu à 9h, les musiciens jouent un petit air devant le camping en attendant que toute les voitures soient prêtent.

Une piqure d’insecte provoquant le gonflement de la jambe d’un road treeper nous pousse à nous séparer en deux groupes, le premier se rend à l’hôpital (heureusement rien de grave !!!) et le second prend la route directement.

Sur la route, nous faisons une belle rencontre, une vieille dame nous offre du lait de sa vache qu’elle tire sous nos yeux avant de nous le faire gouter ! Nous achetons aussi des pastèques et du melon.

Pour le second groupe, le changement des filtres et la vidange du 4X4 sont au programme.

La route est dangereuse mais magnifique, les paysages sont époustouflants, tout parait démesuré !

Les deux voitures arriveront plus tard dans la nuit à 2H du matin escortées par une partie du groupe, le camping étant un peu éloigné.

9 juillet – Départ pour Guelmim

On commence la journée par une petite réunion et quelques chansons pour nous mettre de bonne humeur. Destination Oumifiss, proche de Guelmim où nous sommes attendus par l’association Aicha pour y planter des oliviers, des caroubiers et des tamaris. On roule toute la journée, pause déjeuner à Agadir , nous arrivons à Oumifiss vers 23h. L’accueil est exceptionnel : lait fermenté, plateaux de pâtisseries et de dattes, thé à la menthe puis présentation individuelle tandis qu’un homme circule en nous aspergeant de parfum. Le responsable de l’association  Mohamed Mustapha Bendaoud nous présente le projet et nous distribue le programme de notre séjour à Oumifiss. Ensuite direction l’auberge du village de Tissegnan (que l’on inaugure) où un festin de roi nous attends (Soupe traditionnelle, brochettes de chameau, etc…). La soirée continuera jusqu’à 3h du matin avec musique,chant,slam et danse! Nous allons nous coucher car la fatigue se fait sentir et une longue journée nous attend!

10 juillet 2009 – 1ère journée à Oumifis

Après un copieux petit-déjeuner  nous partons pour la Plage Blanche. En chemin, Mustapha nous présente le travail déjà effectué par l’association : 1400 hectares de plantation de cactus, dont le fruit, la figue de barbarie, produit des graines desquelles  on extrait une huile vertueuse (à 1000 euros le litre !).  Ensuite visite de l’oasis d’Oumifiss avant d’aller manger un couscous gargantuesque à l’auberge.  Après une petite sieste,  réunion avec les différentes associations de la région dans les nouveaux locaux du village, afin de nous faire une présentation détaillée des  bienfaits du cactus (www.nopalas.eu.ma) et du caroubier. Le soir une grande fête est organisée pour l’inauguration de  l’auberge, beaucoup  de villageois sont présents ainsi qu’un groupe de musique sahraoui  qui nous fait une représentation en plein air suivie du groupe officiel  du Road Tree’p (Nebil au chant, Mazyar à la guitare et Marc à la basse). Epuisés mais heureux, nous regagnons enfin sous le regard amusé des marocains nos tentes « clic-clac » plantées en plein milieu des tapis de l’auberge.

11 juillet 2009 – Plantation des arbres à Oumifis

Enfin nous plantons nos premiers  arbres dans l’oasis d’Oumifiss ! Chacun s’occupe d’un plant en binôme avec  un  villageois puis on les irrigue entièrement grâce à un système de tranchées.  Des Caroubiers,  palmiers, oliviers, et tamaris qui seront complétés à partir de janvier par 200 oliviers supplémentaires (dont  110 grâce aux « dons citoyens » Road Tree’p).  Après avoir visité la fabrique de ruche (coopérative) et avoir repris quelques forces autour d’une tasse de thé accompagnée de tartine de miel et de lait nous retournons à l’auberge pour engloutir un énorme couscous ! La visite continue -une fois la chaleur retombée un peu- et nous partons en convois jusqu’à Guelmin pour aller nous rafraîchir dans une piscine alimentée par une source naturelle (à 37 degré). Nous profitons de notre dernière soirée pour  aller faire un tour dans le centre de Guelmin accompagné de jeunes guides marocains.

12 juillet 2009 – Départ pour Khniffis

Ce matin nous quittons à la fois l’auberge d’Oumifiss, ses habitants et notre groupe de 3 musiciens (Nebil, Mazyar et Marc) qui remontent vers la France. Ils nous saluent à leur manière en nous interprétant un morceau qu’ils ont composé pendant le périple. Nous chantons tous en chœur en tapant des mains, riant des petits bouts d’aventure qui ressortent des paroles de Nebil. Ensuite viennent les adieux : chaleureux, sincères, on s’embrasse, on se fait l’accolade à la marocaine,  on sent que le groupe regrette déjà l’amputation de 3 de ses membres  qui succède celle de Christian qui nous avait quitté à Agadir. Les jeunes marocains écrivent leurs noms dans la poussière des carrosseries, Florent va peindre au pochoir notre sigle (l’arbre supportant le monde) sur un des murs de l’auberge. Tout le monde est conscient que nous achevons une étape importante du voyage et je pense parler au nom de tous en précisant que nous sommes profondément touché par l’accueil qui nous a été réservé et la gentillesse des marocains qui nous ont reçu, donc au nom de tout le groupe, si vous nous lisez : MERCI !

Départ du village à 13h

Nous passons tout le reste de la journée à rouler dans un décors plat et semi désertique,, longeant la côte atlantique, nous apercevons  au loin nos premières dunes de sable et faisons une pause sur le flanc d’un bras de mer enjambé par un pont et entouré de falaises, superbe !
17h : Contrôle  de police, à l’entrée de Tan Tan, heureusement Sadia a prévu les photocopies pour éviter de perdre du temps, vu l’expérience de l’année dernière…

Nous arrivons à Khnifiss vers 22h où après la petite cérémonie d’accueil « petits gâteaux – lait » nous nous installons, en partie dans des chambres (!), des tentes ou des canapés du salons pour y passer une bonne nuit réparatrice.

13 juillet 2009 – Khniffis – Laayoune

Après concertation générale nous décidons d’abréger notre séjour à Khnifiss et de ne planter qu’une partie des cyprés prévus à cette étape. Le lieu ne correspond pas vraiment à nos attentes et nous ne sommes pas convaincus de l’impact écologique de nos plantations. Nous plantons les arbres devant l’auberge « éco-touristique » et partons en bons termes malgré une légère déception.

Sur la route du départ nous nous arrêtons dans la magnifique lagune de Khniffis, habitée par quelques colonies de flamands (lors de notre passage).

Nous roulons toute la journée sous un soleil de plomb, au milieu d’immenses étendues plates et caillouteuse, en direction du camping le Bédouin tenu par Luc et Martine des français. Pour y accéder il faut traverses une piste de  6km en plein désert.  Au coucher du soleil nous avons une excellente surprise en arrivant au camping : le paysage est vraiment à couper le souffle : une immense étendue lunaire bordée de petites falaises et traversées par une rivière de verdure,  au loin un plateau de roche brune entouré d’une immense mer de sel, le tout baigné par la lumière du soleil couchant, inoubliable!

Deuxième surprise en arrivant sur le camping, il est fermé !!! Cela explique pourquoi nous n’avons pas réussi à les joindre. Néanmoins, le gardien nous autorise à y passer la nuit.

Après l’installation des tentes (avec un vent qui souffle toujours aussi fort), nous préparons à manger, nous mangeons et chacun  va vaquer à ses occupations.

14 et 15 juillet 2009 – En route pour la frontière

14 juillet

Au petit matin une partie du groupe part escalader le plateau de roche brune : vent à déraciner un arbre et vue panoramique sur le désert de sel récompensent nos efforts. Nous reprenons rapidement la route mais une cinquantaine de kilomètre plus loin une panne d’embrayage nous immobilise dans la ville de Layoune. Après plusieurs heures d’attente (emplettes, eau, provisions, etc…) le groupe se sépare à nouveau : nous n’atteindrons pas notre objectif du jour et ferons donc halte dans un camping à Boujdour. Le prix nous fait hésiter mais en l’absence de Sadia et au vu des risques -malgré tout assez relatifs- de cette région sud marocaine nous plantons quand même  les tentes dans l’enceinte gardée, entourée de murs et de barbelés…

15 juillet

Nous sommes levés à 7h, tous le monde passe à la douche plus ou moins chaude avant de prendre la route, c’est normalement aujourd’hui que nous arrivons à la frontière pour passer en Mauritanie.

12h : Notre 2éme pause depuis ce matin: une pour le petit déjeuner, l’autre pour faire le plein des voitures. Nous avons du mal à faire de brefs arrêts, mais ca y est le convoi est reparti. Nous traversons les zones désertiques, nous n’avons plus de réseau.
14h : C’est reparti après une pause déjeuner improvisée au milieu de nul part au menu salade de légumes locaux!

15h30 : Crevaison d’un pneu de la Mégane, mais celui-ci est immédiatement remplacé.
16h30 : Alors que nous nous arrêtons à une station service pour faire les pleins des véhicules, le câble d’embrayage de l’espace a lâché !

Nous tentons de le réparer avec un jeune mécanicien, mais ça ne tient pas. Il faut donc  faire demi tour et aller acheter un câble d’embrayage à Dakhla.

La Mercédès est  donc partie Dakhla avec Mamadou, Ismael et Sembala, pour aller chercher le câble. Le reste du convoi continue la route.

20h15 : Nous ne sommes plus très loin de la frontière. Le paysage n’a pas changé : toujours ces étendues sans fin de sable et de pierres.

21h10 : Nous faisons une courte pause à la station service.

23h : Nous arrivons à la frontière et nous installons directement dans la file pour le passage à la Douane le lendemain matin. avant d’aller manger à la cafétéria.
Nous allons ensuite nous coucher vers minuit, certains dormiront dans les voitures et d’autres dans les tentes entre les véhicules. Après avoir remplacé le  câble d’embrayage et donné des nouvelles  à Sadia, L’espace et la Mercédès ont pris la route et ont rejoint le reste du groupe vers 3h30.

Tout le monde peut se coucher tranquillement.

16 juillet 2009 – Journée interminable aux frontières Maroc / Mauritanie

Issouf qui était chargé du réveil des roadtreepers faisait tellement bien son travail, qu’il nous a réveillé 2 heures trop tôt !
Debout à 7h nous nous levons tranquillement, cela nous laisse le temps de, prendre un petit déjeuner et de discuter entre nous avant de continuer à faire la queue.

10h30 Nos passeports sont au bureau pour être tamponnés.

11h20 Nos passeports tamponnés nous attendons maintenant de faire les formalités pour les véhicules. Entre temps,  la « totoyotou » (Toyota) a été victime d’une attaque douanière fourbe et mesquine de la part d’un militaire qui a discrètement glissé un gros morceau de haschich dans un paquet de tabac à rouler, mais malheureusement pour lui, nous nous sommes rendu compte de la supercherie et nous avons réussi à nous en débarrasser discrètement …

12h00 Nous avons franchi la première étape, nous passons sous le porche, on nous redemande encore nos passeports, les négociations avec les hommes pour traverser le no man’s land commencent: Chacun propose ses tarifs.
Finalement, nous traverserons le no man’s land sans accompagnateur, juste en essayant de suivre les véhicules devant nous. La traversée ressemble à un cimetière de voitures. Quelques hommes du groupe iront aidés une voiture ensevelit dans le sable, tandis que d’autres sortiront des véhicules pour des besoins personnels! Tout le groupe n’est pas conscient que nous traversons un terrain miné!

Arrivé à la douane mauritanienne, nous patienterons plus d’une heure avant de passer  le contrôle. On nous avertit des douaniers peu scrupuleux qui n’hésitent  pas à garder du matériel  lors des fouilles des véhicules, nous craignons un peu pour les caméras.

18h eure locale de Mauritanie, nous quittons enfin la douane sans soucis.
Il a fait très chaud et tout le monde est très fatigué, nous n’avions pas prévu de prendre autant de temps pour entrer en Mauritanie. Les avis sont partagés pour savoir si on continue jusqu’à Nouakchott la capitale ou Nouadhibou ou Noëlla avait trouvé un camping. La tension monte et Sadia préfère que nous nous reposions tous.
Nous dormons finalement dans une petite ville à 50 kilomètres de la frontière à  Boulanoir dans un camping.  Après l’installation, une partie du groupe part faire des courses dans un petit village. A notre arrivée dans ce village, nous sommes  assez surpris du comportement assez froid des habitants et surtout des réactions des enfants lorsqu’ils nous croisent. En effet, ils se mettent à courir derrière les véhicules en criant « cadeau, cadeau, cadeau« . Sans commentaires…

Ensuite nous profitons de la cuisine du camping pour préparer un copieux repas, avant de dormir.

17 juillet 2009 – En route vers Nouackhott

Nous continuons notre traversée du Sahara direction Nouakchott : des dromadaires se déplacent en troupeaux sur le bord de la route, des champs de dunes orangées viennent égayer les étendues désertiques, caillouteuses, jonchées de petits bosquets secs, c’est étrange que tant de beauté surgisse d’un paysage si invariablement plat…

Arrivés à Nouakchott, Nous avons rendez vous avec le responsable des plantations de Ouad naga et Boutilimit.  La journée est passée vite, le temps de rencontrer Mr El Hassan Abdellahi Semane, président de l’ONG arbres, qui va par la suite nous conduire dans un lieu ou nous restaurer, nous arrivons déjà en fin d’après midi.

Pendant que le groupe se restaure, Sadia discute du programme avec le responsable de l’association ONG Arbres.

Après avoir échangé, nous avons finalement décidé de remettre l’opération à l’année prochaine, à cause du contexte actuel en Mauritanie (Election présidentielle), qui ne favorise pas l’implication entière des responsables de l’association et surtout des habitants.

Nous décidons alors de passer la nuit à Nouakchott et de sortir du pays avant l’expiration de nos visas, pour éviter de les prolonger.

Nous avons donc passé la nuit dans une auberge « Le Menata », où nous  avons pu y apprécier les douches chaudes (qui se faisait de plus en plus rare sur la route!) le coin cuisine équipé, la boutique, les chambres spacieuses et la grande tente ouverte (conseillé avec une moustiquaire!).

Cette auberge est tenue par une française très sympathique !

Durant la soirée, on nous apprend que les autorités ont décidé de fermer la ville (entrée et sortie interdite), jusqu’à la fin des élections… Malgré cette information, nous avons bien dormi, on verra ça demain…

18 juillet 2009 – En direction de Kiffa

Ce matin levé à 7h00, après avoir pris douche et petit déjeuner  nous prenons la route vers 9h. Nous quittons la capitale vers 10h30 après avoir fait le plein et vérifié le câble d’embrayage de l’espace. Depuis notre arrivée en Mauritanie, nous avons passé 18 postes contrôles (police, gendarme, douane), avec nombreuses tentatives d’intimidation de leur part, afin d’obtenir de l’argent ou des cadeaux comme ils le disent si bien…  Mais on ne lâche pas un centime !

13h30 : Après avoir fait une pause repas dans un petit village, dans lequel nous avons mangé du thieb nous reprenons la route en direction de Kiffa.
15h45 Nous arrivons à Aleg.
16h45 Nous venons de passer le 25eme contrôle de  sans difficulté.

Le plus dur  est d’éviter les trous et surtout  les animaux qui traversent la route.
17h15 : Il fait très chaud, et nous avons bien roulé, nous nous arrêtons sur le bas coté pour laisser refroidir quelques instants les voitures.

Ensuite nous reprenons la route et nous arrivons à Kiffa très tard, dans l’auberge Saada, tenue par une femme Mauritanienne.

Très rapidement, nous avons négocié le tarif (5€ par personnes) et nous nous sommes installés pour passer notre dernière nuit en Mauritanie.

19 juillet 2009 – Arrivée à Nioro (Mali)

Après avoir roulé toute la journée, nous sommes arrivés à la frontière Malienne à 20h. Passage  sans aucunes difficultés. Nous passons 2 douanes pour les formalités d’entrée. La douane concernant les véhicules est à l’entrée de Nioro, c’est là que nous  allons patienter plus d’une heure.

Grace au contact de Sadia nous serons accueillis dans une villa pour la modique somme de 30 euros pour tout le monde. Par la suite, nous sommes partis commander à manger dans le centre ville, vu qu’il est déjà 23h le choix est limité mais nous trouvons tout de même un petit restaurant tenu par un homme qui nous à préparé des crudités et de la viande hachée.

20 juillet 2009 – Repos à Nioro

Journée repos tant pour les roadtreepers que pour les voitures. Nous restons dans la villa pour nous reposer, nous en profiterons pour laver le linge,ranger les voitures et effectuer les formalités d’arrivée dans le pays.

L’autre partie du groupe va se balader en ville pour y faire des courses.

21 juillet 2009 – Départ pour Lany

Départ de Virginie et Lu à  7h, une voiture du groupe les accompagne à la station de bus qui les accompagne à Bamako. Pendant ce temps, le reste des  Roadtreepers se préparent  à  prendre la route en direction de Kayes. Nous partons à 9h.

La route est  en très bon état entre Nioro et Diéma, mais ensuite c’est une catastrophe, il y a des énormes trous. Ce qui rend la conduite extrêmement dangereuse.  Pour éviter tout problème, nous roulons à une vitesse comprise entre 50 et 70 km/h.

15h il nous reste encore 15 km avant d’arriver à Kayes.
Arrivée dans la ville, un ami de Sadia, Idrissa, nous attends. Pour le rejoindre nous devons traverser un pont mais celui ci est en travaux.  Arrivés à Kayes, nous avons constaté que le pont qui reliait les deux rives était fermé pour cause de travaux de réhabilitation. Nous avons pris le bac (Bateau qui à la capacité de transporter des véhicules) pour atteindre l’autre rive.

Idrissa nous accueille chez lui et nous offre un copieux repas: fonio (céréale) avec raisin sec et carotte et sa sauce tomate accompagné de bissap et gingembre. Nous nous sommes régalés!

Julien étant malade il est allé consulter un médecin (petite baisse de régime mais rien de grave).

Nous prenons la route pour Lany avec Mamadou Camara, responsable de l’association LANI, partenaire de notre programme de plantation du village.

Le convoi a du mal à avancer correctement (arrêts fréquents) et nous sommes sur une piste engorgée de boue à cause des pluies de la veille, de plus, la nuit est tombée. Le parcours a vraiment été long alors que nous n’étions qu’à 8 km de Lany.

22h :  Nous arrivons au village, le temps de poser nos affaires le repas arrive: Spaghetti !  (Aussi bonne que l’année dernière au village Sambaga!) Nous mangerons tranquillement avant d’aller nous coucher sur la terrasse d’une école (fermée pendant les vacances).

22 juillet 2009 – 1ère journée à Lany

Nous nous somme bien reposés. Chacun profite de sa matinée, une ambiance musicale se crée dans une des salles de classe avec un petit groupe malien de Kayes. David et Bruno les accompagnent avec leurs instruments respectifs. Marielle et Sandrine sont initiées par l’un des musiciens. Quelques villageois et surtout beaucoup d’enfants viennent partager cette ambiance animée.

En début d’après midi nous sommes allés à une conférence organisée par le maire dans le but de nous présenter aux villageois. A notre grande surprise, nous constatons qu’il y a une centaine de personnes (femmes, hommes, enfants). De nombreux protagonistes important dans la vie du village ont fait le déplacement tel que plusieurs membres de l’association LANI (L’A’Avenir Nous Intéresse, qui a été crée en France), le maire du village, Idrissa Diabira, quelques membre d’une association écologique (Association Aliniha) et bien d’autres personnalités qui ont fait de cette rencontre un temps fort de la journée. Nous apprenons qu’ils se réjouissent de notre présence et qu’ils admirent notre projet, de notre coté nous souhaitons échanger avec eux et rappelons que nous venons travailler en collaboration. La télévision nationale  du mali, ORTM, est là pour marquer le coup.

Le soir, l’association Aliniha organise  une projection de films pour sensibiliser la population sur la désertification.                  .

La soirée se terminera comme elle a commencé: en musique avec les artistes de Kayes.

23 juillet 2009 – Début des plantations à Lany

C’est aujourd’hui que nous devons commencer à  planter les arbres. Nous avons hâte de nous rendre sur les lieux de la plantation, d’autant plus qu’il est préférable de profiter de la matinée, lorsque la chaleur est encore supportable. Les villageois sont déjà tous présent lorsque nous arrivons.  Pour la plantation des arbres, les villageois ont réservé un espace d’un hectare, situé non loin de plusieurs points d’eau, afin de faciliter l’arrosage des plants d’arbres.

Nous sommes encore étonnés de voir le nombre de villageois mobilisés pour cette opération. Les petits groupes se forment: certains avec leurs pioches, d’autres avec leurs pelles chacun mets la main « à la terre ». Les trous se creusent dans l’effort et la bonne humeur, les roadtreepers se mélangent aux villageois et petit à petit nous voyons le fruit de notre collaboration. C’est ça la philosophie Road Tree’P: Travailler main dans la main pour avancer.

Au cours de cette matinée nous avons réalisé les travaux suivants :

– Délimitation exacte du terrain

– Marquage des trous dans lesquels nous allons planter les arbres et aussi dans lesquels nous allons mettre les poteaux pour la clôture.

– Creusement des trous

– Transport et découpe du bois pour la clôture

– Transport et pose de la clôture

Nous avons terminé toutes ces tâches aux alentours de 12h !

24 juillet 2009 – Suite des plantations à Lany

Réveil à 7h et après le petit déjeuner nous allons enfin planter les arbres.

Nous avons la matinée pour planter près de 300 arbres.

Ce matin il y a encore beaucoup de monde pour planter.

Les hommes nous ont aidé à planter, les femmes et les enfants se sont charger de nous apporter de l’eau avec leurs charettes péniblement tirées par des ânes.

Nous commençons à donner les consignes et en moins de 2h tous les arbres sont plantés et arrosés.

Types d’arbres plantés

Le Moringa  (pour en savoir plus http://www.moringanews.org/moringa.html)

L’ Eucalyptus

Le Caïlcédrat

En plus de ces plantations, nous avons offert un manguier à chaque famille (soit 150 manguiers)

Après le déjeuner, comme le veut la tradition malienne, nous avons rendu visite au chef de village ainsi qu’à  d’autres personnalités importantes. Nous y avons passé toute l’après midi.

Le soir repos et rangement des affaires, car nous partons demain matin pour Bamako.

25 juillet 2009 – En route pour Bamako

5h30 réveil

6h50 Nous prenons la route pour Bamako. Nous mettrons plus d’une heure pour sortir de la piste accompagnée d’un guide.

12h On s’arrête pour déjeuner à Kayes, et nous reprenons le bac pour traverser le fleuve. Nous repartons une heure plus tard.

Vers 22h, alors que nous nous rapprochons de Bamako, nous constatons qu’une voiture s’est introduite dans notre convoi.

Après avoir passé l’alerte dans le Talkie Walkie, Sadia s’est arrêté et est allé à la rencontre du conducteur. Finalement il pensait que toute les voitures devaient se suivre…

Un peu plus tard nous ralentissons devant un militaire qui au lieu de nous contrôler, nous demande de l’argent pour mettre de l’essence dans sa moto… Toutes les voitures sont passées sauf la Mégane. Le militaire insistait pour avoir quelques pièces. Sadia a encore du intervenir en menaçant le militaire de prévenir les autorités. il nous a finalement laissé tranquille.

00h, nous arrivons à Kati (15km de Bamako). Contrôle de police, Douane, gendarme et au bout d’une heure tout est OK.

Cette étape était une des plus difficiles du voyage.

En sortant du poste de contrôle, crevaison de l’Espace, décidément… Après remplacement du pneu, nous nous dirigeons à Bamako, dans la maison du frère de Sadia.

Arrivés sur place, il faut vider tous les véhicules avant de nous installer et de déguster encore une fois des spaghettis gentiment préparées par la tante de Sadia « Tanti Kadiatou ».

3h30 du matin, tout le monde dort !

26 juillet 2009 – Enfin à Bamako !

Après 25 jours d’aventure et plus de 6000km de route, nous voila à Bamako !

Réveil difficile pour tout le monde.

Les plus courageux se rendent au grand marché pour y effectuer des courses.

Ceux qui ont de la famille à Bamako, vont leurs rendre visite.

Les autres dorment, ou rangent leurs affaires.

L’après midi, nous avons prévu d’aller à l’orphelinat, car Noëlla doit leur faire un cadeau : Titine sa Renault Clio !

Au coucher du soleil nous arrivons à l’orphelinat Falatow Jigiyaso.

La directrice n’est pas la au moment ou nous arrivons.

Certain membres du groupes sont heureux de revoir les visages souriants de tous ces enfants…

Après quelques minutes Fatoumata Goundourou Fofana, la directrice arrive, Sadia présente les membres du groupe dont Noëlla  annonce la surprise pour l’orphelinat.

A l’annonce de Noëlla, la directrice est tellement contente qu’elle se met à pleurer de joie, prise par l’émotion Noëlla aussi se met à pleurer. C’est un des moments les plus émouvants du voyage.

La directrice annonce la nouvelle aux enfants qui éclatent de joie et remercient Noëlla, la maman de Titine !

Par la suite, nous nous installons dans le salon et la responsable de l’orphelinat nous raconte en détail l’histoire de l’orphelinat.

Après tous ces moments d’émotion nous nous apprêtons à rentrer, alors que nous sommes invités par la directrice à revenir mardi avant notre départ pour une fête.

27 juillet 2009 – Quartier libre à Bamako

Quartier libre pour tout le monde.

Courses au grand marché, visites, repos…

Nous sommes à un jour du départ pour une grande partie du groupe.

28 juillet 2009 – Départ d’une partie du groupe

Sadia appelle l’agence, le rendez vous est fixé à 23h30 à l’aéroport, le départ est prévu à 3h du matin.

Comme pour les autres jours, chacun profite de sa matinée pour aller au grand marché pour acheter les derniers souvenirs et cadeaux.

Comme prévu, nous nous rendons à l’orphelinat pour la fête qui est organisée en notre honneur.

La directrice de l’orphelinat offre à Noëlla une magnifique tenue en Bazin et d’autres cadeaux.

La fête continue, avec des chorégraphies préparées par les enfants.

Le temps passe et nous devons malheureusement partir, car nous avons un vol à prendre se soir.

22h30, les  voitures qui doivent nous accompagner à l’aéroport arrivent, nous les chargeons et c’est le grand départ pour  14 Road Treepers !

A l’aéroport, tout se passe très bien et après les derniers au revoir, le groupe se sépare avec quelques larmes d’hippopotames …

Il ne reste plus que 9 Roadtreepers à Bamako

Du 30 juillet au 1er aout 2009

Les 9 membres du groupes sont à Bamako.

Certains se reposent, d’autres rencontrent des musiciens Maliens pour des collaborations et en même temps, nous continuons à travailler sur d’éventuels autres partenariats pour les plantations.

Après avoir rendu visite à l’orphelinat, nous avons réfléchi à la mise en place d’une activité économique permettant à la directrice de bénéficier de revenus lui permettant d’assurer ses frais de fonctionnement .

Ainsi nous avons décidé de planter 50 arbres fruitiers dans un champs qui leur appartient, situé à Dialakoroba (50 km de Bamako).

Nous avons également appris que l’Association Conjedev, dirigée par Bayni Traoré, avait un projet de reboisement sur plusieurs villes du Mali. Nous avons décidé de prendre en charge l’achat des 1000 arbres qu’ils souhaitaient planter.

2 aout 2009 – Plantation d’arbres à Dialakoroba pour l’orphelinat Falatow Jigiyaso

Départ à 9h pour Dialakoroba pour la plantation des 50 arbres fruitiers.

L’orphelinat possède un terrain d’un hectare avec une modeste maison dans laquelle les enfants viennent y passer des week ends.

Toutes les conditions sont réunis pour la réussite de cette opération (présence d’un puit et d’un gardien sur place pour assurer l’arrosage des plants d’arbres)

Après avoir délimité la zone de plantation, nous avons creusé les trous et planté les 50 arbres fruitiers.

Types d’arbres plantés:

– 10 manguiers

– 10 orangers

– 10 mandariniers

– 10 goyaviers

– 10 citronniers

En dehors des plants d’arbres, nous prenons en charge la réalisation de la clôture du terrain.

Comme prévu, une partie des fruits de ces arbres seront consommés par les enfants et l’autre partie sera commercialisée afin de permettre à l’orphelinat de pouvoir bénéficier de revenus.

3 aout 2009 – Achat de plants d’arbres pour le Conjedev

Le Conjedev est une association partenaire de l’AJEP depuis 2004.

Cette association met en place nombreux projets, en l’occurence des chantiers de solidarité.

Elle a des antennes dans toutes les régions du Mali et dans sept autres pays dont la France.

200 jeunes Maliens prendront part au projet, qui a pour objectifs de sensibiliser les populations sur les risques encourus par la déforestation, planter 1000 plants d’arbres, générer des sources de revenus pour les populations qui prendront part à l’opération.

Aujourd’hui nous sommes allés au centre ville pour acheter les 1000 arbres pour le projet de reboisement du Conjedev.

Type et nombre d’arbres:

– 350 manguiers

– 200 orangers

– 150 mandariniers

– 200 cocotiers

– 50 goyaviers

– 50 acajous

Tous ces arbres seront plantés entre le 15 et le 22 aout dans le cadre du projet : « Un arbre pour mieux vivre »

Les plantations seront réparties dans 5 villes du Mali:

– Bamako (commune 4)

– Sanakoroba (proche de Koulikoro)

– Baguineda (proche de Koulikoro)

– N’gabakoro – droit (proche de Koulikoro)

– Sébékoro (proche de Kita)

Le projet du conjedev entre entièrement dans la démarche Road Tree’P.

4 aout 2009 – Fin du Road Tree’P 2009

Le projet Road Tree’P prend fin après le départ de 5 membres du groupe.

Au jour d’aujourd’hui il en reste 4 autres qui comptent voyager à travers le Mali et peut être d’autres pays frontaliers (Guinée, Burkina, Niger…).

Cette expérience fut riche en émotion et nous avons encore une fois réussi à atteindre la plupart des objectifs que nous nous étions fixés.

Prochainement, Expo photo / dessin, projection du film, rencontre avec les participants et préparation de Road Tree’P 2010.

Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à nous contacter. roadtreep@gmail.com

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s