CARNET DE ROUTE DU ROAD TREE’P 2011

1 et 2 Juillet 2011 – Départ, traversée de la France.

Le début de l’aventure était prévu pour 19h,

Souvenez-vous, nous préparions LE départ, LE nouveau rendez-vous qui chargerait nos cœurs d’émotions, de bonheur et de nouvelles sensations.

Paris – Bamako en voiture, c’est le voyage, le combat, le rappel à la Raison, ce rappel de l’importance d’une vie,

 C’est aussi le Rêve d’un homme, qui devient la réalité de dizaines de personnes à travers le Monde.

 00h11: nous quittons ces rues, ces routes qui nous sont familières.

La nuit, nous rappelle que demain est un autre jour, que demain la France sera tout juste un petit souvenir,

 L’aventure nous attend de l’autre côté… sur le continent africain.

groupe

3 juillet 2011 – Traversée de l’Espagne

Le chemin se poursuit, les appréhensions aussi.

Le sourire des uns apaise le cœur des autres.

De nombreux arrêts pour recharger les esprits,

De nombreux fous rires pour détendre l’atmosphère.

Des paysages, des visages, tout paraissait sage et sauvage à la fois,

Quelques traits de fatigue se font ressentir,

Certains ont du mal à dormir, d’autres laissent leurs  esprits vaquer

21h43: Nous avons traversé toute l’Espagne pour arriver enfin au port d’Algésiras…

4 Juillet 2011 – Le Maroc

On y est ! Il est 2h 38 du matin, et jusqu’ici tout se passe bien…

Première difficulté: la douane.

C’est l’anarchie, la désorganisation.

Tous fatigués, on ne lâche aucune émotion.

On attend, on tourne en rond.

Des allers retours entre les véhicules

Dans le fond, en théorie, on le savait, l’Afrique, ce n’est pas l’Europe.

C’est plein de protocoles, de formalités…

Après des heures et des heures de patience, le Créateur délivra nos cœurs.

Et la route se poursuit enfin…

Nous revoilà en chemin pour Tétouan.

On aperçoit les premiers paysages,

Un air de déjà vu, oui ce n’est pas encore le dépaysement…

A quelques heures du port, on s’arrête.

2000 bornes nous séparent de nos vies, de nos familles, de nos amis,

Un tiers de la route est désormais balayé et un temps de pause bien mérité.

Petit déjeuner sur une terrasse en bord de mer

Quoi de plus beau pour ensoleiller les cœurs

Petite baignades, pour se rafraichir la peau

Séchons nous sur le sable fin… savourons,

Direction l’Hôtel Sidi Suleyman, posons nous.

Soirée sabbatique, diner en plein air aux goûts des fruits de mer.

Ça y ‘est on est requinqué, au langage de Mounir «  On est refait »

Attendons la suite…

Plant

5 Juillet 2011 : En route pour Aït Ammar (Oued Zem)

Après une bonne nuit dans un lit confortable,

Premier confort depuis notre départ de Pierrefitte,

Hé oui, je ne vous l’avais pas dit, c’était « camping party » sur les aires de repos, parties de cartes, casse-croûtes  et compagnie…

Je ne vous raconte pas nos réveils, et en même temps c’est le prix de l’aventure.

Certains avaient du mal à trouver le sommeil, d’autres profitaient du temps de pause pour se décramponner…

Avant de quitter Tétouan, nous faisons les révisions des véhicules, le V2 ayant eu quelques soucis d’alternateur.

Aussitôt réglés, nous voici sur la route en direction de Aït Ammar (région de Oued Zem), le village de Driss, le 1er village dans lequel nous devons planter.

Des cactus, des zones arides, des montagnes, différentes vues émerveillent et nourrissent les âmes…

10h de route, grâce laquelle l’intensité des paysages a su estomper nos doutes.

L’accueil des villageois nous rassura davantage et immortalisa notre rêve…

Premières plantations avec les habitants, premiers échanges, premiers Parrain’Arbres offerts  ces enfants aux sourires mémorables, simplement remarquables,

Même sans communication les yeux des uns transmettaient le bonheur aux autres…

gr

6 juillet 2011 : en route pour Agadir

Une nouvelle séparation, nous devons quitter notre famille, notre petit village partenaire, et notre cher ami Driss…

Nous devons retourner en ville rejoindre deux de nos Road Treep’ers qui nous ont quitté la veille afin de résoudre quelques formalités administratives pour que l’on puisse entrer sur le territoire mauritanien. Malheureusement, cela ne se déroule pas comme nous l’espérons et nous n’obtenons pas les visas. Nous serons dans l’obligation d’y retourner.

L’un des membres du groupe, Nacim, a de la famille à Agadir : nous nous y rejoignons donc pour passer la nuit dans deux appartements qu’ils nous ont trouvés.

Le trajet est très fatigant. Aès nous être installés et avoir pris une bonne douche,  tous les Road Treep’er partent se coucher, en se préparant à la nouvelle longue journée de route qui les attendent le lendemain…

Du 7 au 9 Juillet : Agadir – Oumifiss (Guelmim), plantations dans 3 villages.

De génération en génération, de père en fils, tout semble s’organiser à Oumifiss

L’espoir et la force des villageois se réunissent pour faire revivre la terre  d’autrefois.

Des hommes cultivés et pleins de ressources, comme Mustapha Bendaoud, Président de l’association Aïcha, croient et se battent pour le développement. Des hommes qui ont décidé de revenir sur leur terre d’enfance, afin de lui rendre son droit, sa verdure, sur des hectares et des hectares…

Après les « Marhaba » on passe à la pratique !!! Quel plaisir de donner la vie, telle une mère qui accouche de son enfant : la terre est prête à accueillir son arbre. Des arbres qui illumineront la région et multiplieront sa beauté en grandissant…

Les visages des paysans se plissent de joie, ils sourient, nous remercient… Mais en réalité, ils viennent de nous donner la force pour nous permettre de continuer à avancer pendant notre voyage.

Sous le bruit des pelles et des pioches, le soleil brille et tout le monde nous conte le Guelmim d’antan.

En chaque personne, en chaque arbre, une force, une seule, la VIE…

brou

10 juillet 2011 : La plage blanche

Sur le grand large se dessine une image, un tableau naturel se peint sous nos yeux, le vent souffle et vient nous murmurer les secrets de la mer et de ses profondeurs.

Sage, elle l’est cette nature, nos pieds laissent une signature de notre passage sur cette plage dite blanche.

Le soir, Sadia et Mariam, 2 Road Tree’pers nous quittent pour retourner à Rabat et essayer de résoudre les problèmes liés à l’obtention de nos visas mauritaniens.

Les autres attendent…

11 juillet 2011: Oumifis toujours

Les formalités ne sont toujours pas arrangées, nous devons attendre le retour de Sadia et Mariam…

Quelle épreuve !!!  On patiente, on attend, en espérant que les choses s’arrangent…

On se rassure, on profite du temps pour visiter et se reposer dans ce petit village de Guelmim…

plantt

12 juillet 2011 : Oumifis encore

Le 12, ils sont de retour… sans les visas. L’Ambassade Mauritanienne n’a rien voulu délivrer.

Nous nous concertons et prenons la décision de continuer. L’un de nos partenaires mauritaniens nous assure avoir obtenu un laissez-passer ministériel pour le groupe, ce qui devrait nous permettre de passer la frontière.

Nous prenons le risque… Et décidons de reprendre la route dès le lendemain matin.

13 juillet 2011 : Oumifiss – Lâyoune

Le 13 au matin, il est 10h08 : le départ d’Oumifis est déchirant, les enfants du voisinage qu’on avait appris à connaître sont venus nous dire au revoir.

En larmes, nous le sommes pratiquement tous. Mohamed 16 ans d’une grande sensibilité nous fait craquer. Quant à Ali, 10 ans, il attend que nous montions dans nos véhicules pour témoigner de sa tristesse…

Une grande partie du voyage vient de s’achever, une nouvelle page se tourne. Il est temps de vivre avec ces beaux souvenirs qu’on vient de passer.

21h : On arrive à Lâyoune, où un magnifique camping nous attend dans le désert… Soirée magique garantie…  On ne tarde pas car demain, le réveil sera très matinal.

camping

14 juillet 2011 : Lâyoune – Dakhla

Nous revoilà sur la route, en direction de Dakhla cette fois.

Après des centaines de kilomètres sous une chaleur écrasante, on arrive enfin à bon port : une petite ville un peu bourgeoise, à l’entrée militaire… il est 19h30.

Nous trouvons un camping où nous restons pour la nuit avant de rejoindre la Mauritanie.

15 juillet 2011 : Dakhla- Gargarât (Douane Mauritanienne)

C’est le grand départ : nous nous sommes préparés, nous quittons le Maroc pour la Mauritanie…

La route se passe très bien, les conducteurs assurent comme d’habitude… Après de longues heures, et de petites pauses, on arrive à la frontière…

On ne change pas les bonnes habitudes : on doit passer trois postes de contrôle pour déclarer notre sortie du territoire marocain… Une fois les formalités réglées, nous voilà en train de traverser le « No Man’s Land » : il est un peu plus de 16h.

Première étape avant d’entrer dans le pays : la gendarmerie, que nous passons sans problème. Deuxième étape, la douane : Les 3 véhicules sont fouillés, le douanier nous demande d’ouvrir nos bagages, puis nous passons à la Police.

Et là, le rituel recommence, on attend… les mauritaniens nous semblent très durs et refusent de coopérer… Le chef du poste frontière attend un coup de téléphone d’une personne du ministère pour valider notre laissez-passer mais la personne en question prétexte avoir mal à l’oreille et ne pas pouvoir répondre au téléphone…

Le cinéma dure des heures, un vrai sketch… Nous allons devoir passer la nuit à la frontière. Le No Man’s Land étant miné, nous ne pouvons pas trop nous éloigner de la piste. Certains dorment sous tente, d’autres dans les véhicules pour s’assurer que rien ne soit dérobé.

Grosse épreuve pour nous tous !!! On ne sait pas si on va passer… on attend… demain sera un autre jour…Qui sait ?!

On connait tous les vertus de la patience…

route ensablée

16 juillet 2011 : Gargârat – Nouakchott (Auberge Menata)

Réveil difficile. Et vive  l’hospitalité mauritanienne !!!

Chacun trouve le moyen de s’occuper mais dès le matin, on est sous tension… On ne sait pas ce qui va se passer encore… Après des heures, les formalités reprennent… ça commence à faire long…

Beaucoup de voyageurs sont autorisés à passer mais nous, nous sommes toujours là, à attendre cet appel téléphonique, cette autorisation d’entrer… 11h30 : Grosse déception…Ils nous font faire demi-tour pour retourner dans le « no man’s land » en plein milieu du soleil… On y croyait presque plus…

Mais la force de notre groupe est réellement palpable à ce moment précis. Personne n’a de mauvaise réaction… On obéit… On attend encore…. Allez, quelques minutes encore… Enfin le téléphone sonne…. On est libérés… Il est 18h…

On s’empresse de remonter dans nos véhicules pour reprendre la route… En Mauritanie, après 22h, nous avons l’interdiction de rouler. Tout le monde espère pouvoir rejoindre Nouakchott avant que des policiers ne nous arrêtent.

On vient de passer plus de 24h dans une douane, sans toilettes et à court d’eau. Nous sommes tous très fatigués mais la joie de reprendre notre chemin panse nos plaies et nos inquiétudes…

Après plusieurs postes de contrôle on arrive à Nouakchott à l’Auberge Menata, sous une grosse pluie !!! La première depuis notre départ et la première depuis plus d’un an à Nouakchott…

Il est 5h du matin : on s’endort …

17 juillet 2011 : Nouakchott

Journée libre, où chacun en profite pour se reposer, laver son linge et faire quelques courses nécessaires à la poursuite du voyage.

Quelques membres du groupe rencontrent les partenaires mauritaniens avec lesquels nous allons planter cette année. Les repérages effectués et les arbres commandés, tout le monde se détend en attendant demain.

18 juillet 2011 : Plantation dans une école en Mauritanie

Voilà une école, un lieu d’éducation

Sans arbres, ni vie, c’est les vacances !

Les enfants du quartier sont pourtant présents.

Des étrangers sont dans leur école, les bruitages ont vite fait le tour du quartier…

Petit à petit ils arrivent, nous observent, nous entourent, et participent.

Leurs petits yeux dégagent beaucoup d’amour.

Tous réunis au milieu de la cour, on allait planter ! Donner la vie !

Après ce magnifique travail, nous distribuons des t-shirts aux enfants. Quel bel instant ! Tous sans exception nous remercient et nous quittons avec le Smile.

Nous retournons donc à l’auberge, où nous dégustons un bon repas afin de clôturer la fin de cette mission qu’on vient d’accomplir.

Ecole

19 Juillet 2011: En Route pour Kiffa

5h : le réveil est difficile ce matin.

7h31 : tout le monde semble être prêt

C’est bon,  on y va, on reprend la route vers le Mali…

Après ces quelques jours passés en Mauritanie, nous reprenons la route pour essayer de poursuivre notre chemin…

Journée longue et difficile pour tous avec la chaleur accompagnant la traversée du désert… Des dunes de sables, des paysages dignes des plus grands documentaires, nous accompagnent et nous donnent la force de voyager…

On atteint notre objectif : Nouakchott, Kiffa en une journée ! Et on passe la nuit dans un camping

 

20 Juillet 2011 : Départ de Kiffa, en route pour le Mali

Aussitôt partis, aussitôt arrêtés…

40 min après avoir pris la route, le cardan du véhicule 3 lâche en plein milieu du désert, au sein d’une zone aride et chaude… Il est 11h du matin.

On aura tout subi en Mauritanie.

Depuis notre entrée dans ce pays, on survit, entre crainte et espoir, on y croit, on avance. Une partie du groupe est contraint de rester dans le désert et d’attendre pendant que l’autre retourne à Kiffa chercher de l’aide.

Après 1 heure d’attente, on aperçoit V1 revenir avec un mécanicien

Au loin, nous observons la scène… Nous pensons que les choses s’arrangent…

Mais le mécanicien ne peut rien faire, sans avoir démonté la pièce. On espère qu’il va tout arranger, mais malheureusement, il est obligé de retourner en ville avec la pièce cassée pour  trouver une solution… Le V1 retourne donc à Kiffa avec le Mécanicien…

On attend et on s’occupe… Echanges, partage…

Il fait super chaud… on a soif… on a faim… après la frontière, on n’avait plus vécu une telle attente….

On fait ce qu’on peut pour  passer le temps…. Tout en restant très vigilants : on est quand même bloqué en plein désert mauritanien, dans une zone dite dangereuse.

19h : C’est bon, ils sont de retour et ils nous apportent à manger…

Le cardan, remis en place, applaudissement général, et on reprend la route vers 21h…

Après 4h de piste, nous sommes arrêtés à un poste de contrôle : nous ne pouvons pas continuer à rouler, pour notre sécurité disent les policiers.

Nous garons donc les véhicules et dormons sur place, soit dans des tentes, soit dans les véhicules.

filles

21 Juillet 2011 : Arrivée au Mali / Nioro du Sahel

7h du matin, on reprend la route… Les paysages défilent à nouveau et la vie reprend son cours… On sent l’objectif du Mali à quelques kilomètre encore…

50 km avant la frontière Malienne, nous sommes contrôlés par les gendarmes, qui nous demandent formellement de ne plus nous arrêter jusqu’au Mali… Car une attaque terroriste a eu lieu quelques semaines avant sur la même route !

Après avoir connu une petite frayeur à quelques 30 km de la frontière malienne (un poids lourd qui se met en travers de notre route et bloque notre avancée), nous arrivons sains et saufs à Gogui, poste frontière du Mali…

L’arrivée au Mali est un moment très émouvant… Pour certains français originaires de ce pays, c’est une première… Le baptême… Et puis, quel accueil !

Nous reprenons la route à travers des paysages de plus en plus diversifiés.  Quand soudain, au loin, nous apercevons quelque chose sur la route : une haie d’honneur ! C’est bien ça… Dressée par les habitants  de Nioro du Sahel pour nous accueillir.

22 Juillet 2011 : Plantation à Nioro

Nous nous rendons sur un champ dans lequel Road Tree’P avait financé des plants d’arbres en 2010. Nous constatons que les plants ont été bien entretenus et que le véhicule offert à nos partenaires, le Collectif des Jeunes de Nioro du Sahel, est plus que nécessaire au fonctionnement des activités de reboisement du collectif.

Nous nous dirigeons ensuite vers un autre champ appartenant à la ville de Nioro pour y planter 100 plants d’arbres supplémentaires.

De retour à l’hébergement, une surprise nous a été préparée par nos partenaires : une soirée culturelle au cours de laquelle un poème écrit spécialement pour Road Tree’P est lu par un ancien.

Après cette soirée d’échange et de partage, le groupe des RoadTree’per part se coucher, avec en mémoire, les souvenirs de cet accueil chaleureux que leur ont réservé les habitants de Nioro du Sahel et l’espoir de voir cette collaboration se pérenniser.

Douanes

23 Juillet 2011 : Départ pour Bamako

10h : Départ du groupe en direction de Bamako. 5h de route seulement nous séparent de la capitale. Un pneu crevé et changé, de nombreux kilomètres effectués mais on sent qu’on approche de la fin.

L’appréhension que nous pouvions avoir de notre arrivée à l’important poste de contrôle de Kati, et de l’attente probable que nous devrions assumer, est complètement estompée. Nous passons sans encombre, et très rapidement, au poste de contrôle, peut-être grâce au fait que le match de la Coupe du Mali soit diffusé au même moment à la télé nationale…

Nous entrons enfin à Bamako !

La maison dans laquelle nous avions prévu de nous rendre s’avère être inhabitable, les travaux n’ayant pas été finis. Nous cherchons donc, en catastrophe, un appartement en ville.

23h30 : nous pouvons enfin déballer et poser nos affaires.

24 et 25 Juillet 2011 : Bamako

Bko !!!

Journées libres pour tout le groupe.

Le 25 Juillet, vers 19h, après plusieurs difficultés rencontrées pour trouver un hébergement, nous déménageons finalement dans une maison un peu plus grande que l’appartement de 3 chambres dans lequel nous étions jusqu’à présent…

Le groupe refait à nouveau ses bagages et se prépare pour repartir en direction de Bougouni le lendemain matin, région dans laquelle nous devons planter des arbres  dans 3 villages, Ntékoni, Méridiéla et Nagala.

26 Juillet 2011 : Bamako

Changement de programme à nouveau : le départ prévu aujourd’hui pour Bougouni n’a finalement pas lieu et est reporté au lendemain.

Le groupe en profite pour se reposer et faire quelques réparations sur les véhicules. Les garagistes maliens n’ont rien à apprendre des garagistes français : la pièce n’est pas disponible mais qu’à cela ne tienne, ils la fabriquent !

27 Juillet 2011 : Bamako – Bougouni

Départ à 9h en direction de la région de Bougouni où nous devons planter des arbres auprès de 3 villages partenaires.

Alors que l’on se met en route, le talkie walkie du V3 nous donne l’alerte : le cardan vient à nouveau de lâcher…

Le groupe décide alors de laisser le véhicule sur un parking, de transférer les bagages et de se répartir dans les 2 autres minibus. Nous sommes à nouveau obligés de nous séparer et 3 roadtree’pers restent à Bamako pour s’occuper des réparations.

Nous reprenons la route pour Bougouni. Après avoir quitté le goudron, nous abordons une piste longue de 70km, parsemée de trous d’eau et de crevasses, les 70 km sont effectués en plus de 4h par le convoi.

15h30 : arrivée à Méridiéla, chef lieu de 24 villages environnants. Un accueil digne de chefs d’Etat nous attend : danses traditionnelles, cérémonies de chasseurs, délégation des personnalités politiques de la région venues spécialement pour nous saluer, repas, fête organisée en notre honneur avec la présence d’une grande chanteuse nationale, Nahawa Doumbia….

Nous organisons les plantations avec nos partenaires : il est finalement convenu que nous financions 900 plants d’arbres et que Road Tree’P Mali s’occupe de la coordination de l’action de reboisement.

Danses

28 Juillet 2011 : Bougouni – Bamako

Après avoir mis au point les dernières formalités du partenariat entre le Collectif des Femmes de Bougouni et Road Tree’P Mali, nous quittons Méridiéla à 10h. Nous nous arrêtons dans 2 autres villages pour saluer les anciens et prenons réellement la route vers 14h.

Bien arrivés à Bamako, nous réalisons que les actions de plantation du Road Tree’P 2011 sont terminées. Notre mission s’achève bientôt…

29 Juillet 2011 : Bamako

Repos et visite des familles

30 Juillet 2011 : Bamako

Journée consacrée à la finalisation de la 4ème édition de Road Tree’P :

Nous achetons les moustiquaires imprégnées, financées par nos donateurs et que les membres de Road Tree’P Mali distribueront à des familles précaires de différents quartiers de Bamako.

Nous achetons aussi le nécessaire scolaire pour près de 500 enfants scolarisés dans la région de Bougouni que nous remettons à notre partenaire associatif sur place.

Enfin, nous préparons les conventions pour la remise des minibus :

– 1 véhicule est offert au Collectif des Jeunes de Nioro du Sahel afin qu’ils puissent mettre en œuvre les actions nécessaires à l’entretien des plants d’arbres (acheminement de l’eau, jardinage, transport de plants…) ainsi que pour renforcer l’infirmerie mobile créée l’année précédente.

– 1 véhicule est cédé à Road Tree’P Mali pour la mise en place d’actions de reboisement dans différentes régions du Mali tout au long de l’année.

– 1 véhicule est offert à Muso Ton, le collectif des Femmes du Cercle de Bougouni pour la mise en place d’une infirmerie mobile qui permettra au dispensaire de Méridiéla de desservir les 24 villages dépendants de la commune.

31 Juillet 2011 : Bamako

Nous profitons des derniers jours à Bamako. Le départ est prévu pour demain soir.

Seulement voilà, vers 18h, nous recevons un coup de téléphone nous prévenant que notre vol retour est programmé ce soir, et non demain.

Panique : il ne nous reste que 3 heures pour nous rendre à l’aéroport. Nous nous dépêchons de rappeler tout le monde, de réunir nos affaires et fonçons pour l’aéroport !

Une erreur administrative de la part de la compagnie aérienne est à l’origine de ce départ précipité. Quoi qu’il en soit, l’embarquement se déroule, tout le monde est présent et soulagé…

1er Aout 2011 : Paris

Après une courte escale à Lisbonne, nous arrivons à Paris, remplis de souvenirs dans nos cœurs et d’images dans nos têtes.

L’édition 2011 du Road Tree’P se termine mais de nouvelles aventures nous attendent pour planter encore et toujours plus d’arbres….

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s